Sur invitation du Jane Goodall Institute France, la Société française de Zoosémiotique était présente à l’UNESCO pour assister à la table-ronde sur les défis de la conservation des grands singes et plus particulièrement sur les innovations dans la recherche sur les grands singes dans la Réserve de biosphère de Gombe Masito Ugalla. Dans le cadre de la 31e session du Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la biosphère, Lilian Pintea, vice-président Conservation Science du Jane Goodall Institute était exceptionnellement présent à l’UNESCO. Il y a présenté le travail réalisé au sein du Parc National de Gombe, les applications et innovations mises en place afin d’améliorer la protection des grands singes et de leurs habitats, ainsi que la qualité de vie des populations.

Une table ronde a réuni des experts et des représentants pour discuter des défis de la conservation des grands singes, et en particulier des chimpanzés, ainsi que du rôle que les réserves de biosphère peuvent jouer pour relever ces défis :

– S.E. M. Samwel William SHELUKINDO, Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Tanzanie, délégué permanent auprès de l’UNESCO

– S.E. M. Johnny Muthahi Muhindo, Chef de mission adjoint, Délégué adjoint de l’Ouganda auprès de l’UNESCO, de l’OCDE et du BIE

– Mme Gauze Nee Nee Touao Kah Martine, Directrice du Centre de recherches écologiques, point focal de la Côte d’Ivoire pour le Programme sur l’homme et la biosphère (MAB) et le patrimoine mondial

– Mme Noéline RAONDRY RAKOTORISOA, Chef de section et point focal du Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP) de l’UNESCO

– Shadrack Kamenya, Directeur des sciences de la conservation, JGI Tanzanie

Modératrice : Susana Pataro, vice-présidente Jane Goodall Institute Global.

Une discussion avec l’auditoire a suivi le panel. L’événement s’est terminé par une réception.
Cet évènement a été organisé dans le cadre de la 31e session du Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la biosphère (CIC-MAB).

Plus d’informations sur le site de l’UNESCO

 

Share this Post